Conseils pour retenir les aidants familiaux en emploi dans votre bassin de talents

Conclusions d’une étude sur l’expérience et la compétence des aidants en emploi.

23 janvier 2023

Jacquie Eales, Jon Lai et Janet Fast, Ph. D.

En raison de l’importante pénurie de main-d’œuvre sur le marché du travail canadien, les employeurs peinent à recruter et à fidéliser des employés compétents. Une partie du défi tient au fait que le quart des Canadiens en âge de travailler (19-70 ans) assument aussi des responsabilités de soins, et que la plupart d’entre eux occupent un emploi à temps plein1. Or, de nombreux employeurs n’ont pas conscience des défis auxquels leurs employés-aidants sont confrontés, et des effets que leur charge d’aidant peut avoir sur leur bien-être. Des études ont démontré qu’une incapacité à concilier les responsabilités professionnelles et de soins peut mener à l’absentéisme, au présentéisme et au roulement du personnel, ce qui réduit la productivité et la rentabilité organisationnelle2.

Au printemps 2021, des chercheurs du Programme de recherche sur les politiques et les pratiques relatives au vieillissement (RAPP) de l’Université de l’Alberta se sont associés aux organismes Caregivers Alberta et MatchWork afin d’étudier les conditions de travail favorables à l’emploi des aidants. Une étude financée par AGE-WELL a été réalisée afin d’orienter le développement continu de la plateforme technologique MatchWork, une ressource virtuelle d’aide à l’emploi à l’intention des organismes sans but lucratif, qui a pour but de faciliter le contact entre leurs clients à la recherche d’un emploi et des emplois qui se prêtent à leur condition3.

Les données recueillies entre le 1er avril et le 15 septembre 2021 par le biais d’un sondage participatif en ligne ont permis de mieux comprendre l’expérience vécue par 114 aidants familiaux en emploi. La plupart des participants (85 %) étaient âgés de 45 ans ou moins, avaient effectué des études postsecondaires et estimaient que leurs responsabilités en matière de soins présentaient une difficulté modérée (5 ou plus sur une échelle de 10 points, où 1 = « Mes responsabilités de soins ne présentent actuellement aucun défi » et 10 = « Mes responsabilités de soins présentent actuellement des défis importants »). Parmi les participants, on comptait un nombre un peu plus élevé de femmes (58 %) que d’hommes (42 %).

Compte tenu de la petite taille de l’échantillon et de la nature participative de l’étude, on ne saurait présumer que les résultats sont représentatifs de la composition démographique de cette population; l’étude fournit néanmoins de précieuses informations sur l’expérience des aidants en emploi et les compétences monnayables qu’ils acquièrent à travers leur parcours d’aidant.

1. Au moins la moitié se disaient satisfaits de leur emploi actuel

Dans l’ensemble, un peu plus de la moitié des participants à l’étude se disaient satisfaits de leur emploi ou rôle actuel (59 % des femmes et 54 % des hommes), alors que plus de deux sur cinq se disaient plutôt insatisfaits (41 % des femmes et 46 % des hommes). L’insatisfaction se manifestait davantage chez ceux et celles qui s’occupaient de plus d’une personne.

2. La plupart étaient à la recherche d’un nouvel emploi

Comme le montre le graphique ci-dessous, les avantages du travail rémunéré les plus souvent cités étaient la sécurité du revenu, le fait de donner un sens à sa vie ou d’avoir une identité autre que celle d’une personne aidante et la possibilité d’interagir avec d’autres personnes. Malgré cela, la plupart des femmes (75 %) et des hommes (88 %) interrogés disaient être à la recherche d’un nouvel emploi. Les quatre principales raisons invoquées étaient le besoin de gagner plus d’argent, de trouver une meilleure adéquation à leur style de vie, de bénéficier d’une plus grande flexibilité et/ou de parvenir à concilier leurs responsabilités professionnelles et familiales.

3. Les deux tiers disaient avoir été victimes de discrimination

Près de deux aidants sur trois affirmaient avoir été traités injustement ou avoir subi de la discrimination au travail en raison de leurs responsabilités en matière de soins. Plus de la moitié d’entre eux disaient avoir été victimes de discrimination « à l’occasion », alors que plus d’une personne sur huit affirmait en avoir « souvent », voire « constamment » été victime.

4. Compétences monnayables acquises à travers leurs responsabilités en matière de soins

Au moins la moitié des répondants, en particulier des femmes, disaient avoir acquis des compétences monnayables en assumant de telles responsabilités. Il s’agissait notamment d’une plus grande empathie ou bienveillance envers les autres (73 % des femmes, 48 % des hommes), d’une aptitude pour la résolution de problèmes ou d’une certaine débrouillardise (67 % des femmes, 54 % des hommes), de la capacité à faire preuve de souplesse et de s’adapter aux imprévus, aux défis ou aux changements (65 % des femmes, 33 % des hommes), d’une aptitude pour la gestion du temps (59 % des femmes, 50 % des hommes) et d’une plus grande patience (58 % des femmes, 50 % des hommes). On a par ailleurs observé des différences moins importantes entre les genres pour ce qui est du développement de compétences en communication et en résolution de conflits, de même qu’en matière de fiabilité et de loyauté (voir ci-dessous). Or, de telles compétences s’avèrent nécessaires pour bâtir des relations, des équipes et des entreprises fructueuses.

Comme le notait Kenya Kondo, cofondateur de MatchWork, « l’un des éléments étonnants qui ressortent de l’étude, ce sont les compétences monnayables que les personnes acquièrent à travers leur expérience, comme l’empathie, la résolution de problèmes et la flexibilité. Ce partenariat nous a été d’une aide inestimable pour comprendre ce que vivent les aidants familiaux. Les données recueillies seront des plus utiles aux employeurs et aux associations de ressources humaines ayant à cœur de soutenir leurs employés qui ont des responsabilités d’aidant. » [traduction]

« Les résultats de ce sondage mettent en relief les défis auxquels sont confrontés les aidants familiaux qui doivent concilier leurs impératifs en matière de soins et leur apport significatif sur leur lieu de travail, afin de contribuer à une économie prospère », soulignait Darrel Gregory, directeur administratif de l’organisme Caregivers Alberta. « Le défi est peut-être grand, mais il existe des solutions. Grâce au soutien d’organismes comme Caregivers Alberta, les entreprises parviendront à développer des moyens novateurs pour fidéliser leurs employés qualifiés, atteindre leurs objectifs organisationnels et reconnaître l’importance du rôle joué par les aidants familiaux pour leur entreprise et leur collectivité. » [traduction]

Compte tenu du caractère commun associé à la prestation de soins chez les aidants en âge de travailler, cette étude fournit d’importants renseignements et met de l’avant certaines idées qui aideront les employeurs à renforcer leur culture d’entreprise et à favoriser la fidélisation des employés qui doivent composer avec des responsabilités familiales.

Jacquie Eales est directrice de recherche pour le Programme de recherche sur les politiques et les pratiques relatives au vieillissement (RAPP) de l’Université de l’Alberta.

Jon Lai est étudiant diplômé du Département d’écologie humaine de l’Université de l’Alberta.

Janet Fast, Ph. D., est professeure au Département d’écologie humaine de l’Université de l’Alberta et codirectrice du Programme de recherche sur les politiques et les pratiques relatives au vieillissement (RAPP).

 


Notes

  1. PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LES POLITIQUES ET LES PRATIQUES RELATIVES AU VIEILLISSEMENT (RAPP). Qui sont les aidants en emploi au Canada?, Institut Vanier de la famille, 2022. Lien : https://vanierinstitute.ca/fr/nouvelle-fiche-infographique-a-propos-des-aidants-en-emploi-au-canada/
  2. EALES, J., N. KEATING, S. DONALDS et J. FAST. Assessing the needs of employed caregivers and employers, Université de l’Alberta, 2015. Lien : https://rapp.ualberta.ca/wp-content/uploads/sites/49/2018/04/Assessing-needs-of-employed-caregivers-and-employers-Final-Report_2015May25.pdf
  3. BETKOWSKI, B. Alberta partnership aims to help unpaid caregivers find flexible jobs, Folio, Université de l’Alberta, 2021. Lien : https://www.ualberta.ca/folio/2021/05/alberta-partnership-aims-to-help-unpaid-caregivers-find-flexible-jobs.html
Retour en haut