Coup d’œil sur la recherche : Expériences et injustices vécues par les Autochtones autour de l’accouchement au Canada

Conclusion d’une étude sur les expériences entourant l’accouchement des femmes autochtones.

21 juin 2022

Téléchargez la version PDF

La possibilité de donner naissance à un enfant sur les territoires traditionnels ou à proximité de ceux-ci revêt une importance sociale et culturelle indéniable pour les Autochtones. Or, l’obligation de parcourir de longues distances pour un accouchement risque de perturber le lien avec la famille et le soutien de la communauté à un moment de la vie des plus importants.

La présente étude examine les expériences vécues par les mères autochtones autour de l’accouchement et met l’accent sur la distance que celles-ci doivent souvent parcourir pour donner naissance à leurs enfants.

En s’appuyant sur la plus récente enquête nationale sur la santé maternelle au Canada, les chercheuses ont analysé les données recueillies auprès de 3 100 mères autochtones et non autochtones vivant dans des régions rurales et de petites villes, et ayant récemment donné naissance à un enfant. Elles ont constaté que 23,2 % des femmes autochtones vivant dans des régions rurales et éloignées avaient dû parcourir 200 km ou plus en vue de leur accouchement, contre 2 % des femmes non autochtones nées au Canada et vivant également dans des régions rurales et éloignées. On assiste donc à des iniquités flagrantes envers les communautés autochtones rurales et éloignées quant à la répartition des centres de naissance au pays.

Cette étude s’appuie sur notre compréhension grandissante de l’identité familiale, soit l’une des composantes du Cadre sur la diversité familiale proposé par l’Institut Vanier.

Étude : SMYLIE, J., K. O’BRIEN, E. BEAUDOIN, N. DAOUD, C. BOURGEOIS, E. H. GEORGE, K. BEBEE et C. RYAN. « Long-distance travel for birthing among Indigenous and non-Indigenous pregnant people in Canada » dans Canadian Medical Association Journal (CMAJ), vol. 193, no 25, 2021, p. E948-E955. Lien : https://doi.org/10.1503/cmaj.201903

Retour haut de page