Le taux de fécondité au Canada a atteint (un autre) creux record en 2022

De nouvelles données montrent que le taux de fécondité au Canada a atteint un nouveau creux record.

10 octobre 2023

Nathan Battams

Selon les nouvelles données publiées par Statistique Canada, le taux de fécondité a atteint un nouveau creux record. En 2022, l’indice synthétique de fécondité (ISF) était de 1,33 enfant par femme, comparativement à 1,41 en 2021 et à 1,40 en 2020, au cours de la première année de la pandémie de COVID-191. Cette tendance s’inscrit dans le prolongement de baisses annuelles quasi consécutives depuis 2009, année où l’ISF était de 1,69 enfant par femme.

Le taux de fécondité en 2022 oscillait entre 1,11 enfant par femme en Colombie-Britannique et 2,23 enfants par femme au Nunavut. Entre 2009 et 2022, le taux de fécondité a connu un recul dans l’ensemble des provinces et territoires, à l’exception du Nunavut. Le taux de fécondité au Nunavut au cours de cette période oscillait entre 3,18 et 2,80 enfants par femme (2009 et 2019, respectivement), avant de chuter à un creux sans précédent de 2,23 en 20222.

Le taux de fécondité du Canada a considérablement diminué depuis 2019, notamment en raison de la pandémie de COVID-19 et de l’incertitude économique qu’elle a engendrée. Parmi les personnes de 25 à 44 ans interrogées à l’été 2021, environ une sur sept (14 %) disait désormais vouloir moins d’enfants en raison de la pandémie3, et une sur cinq (18 %) prévoyait retarder le moment d’avoir des enfants pour la même raison.

Si la COVID-19 n’est désormais plus traitée comme une urgence mondiale4, une grande incertitude demeure pour les couples, notamment en ce qui a trait à la hausse de l’inflation, à l’abordabilité et aux coûts élevés du logement. Ana Fostik, Ph. D., analyste chez Statistique Canada, notait en 2020 que « les périodes de récession ou de ralentissement économique, l’incertitude sur le marché du travail et, de façon plus générale, l’incertitude sociétale globale et les perspectives négatives concernant l’avenir ont toutes été associées à la mise en suspens des projets de procréation, et donc à une réduction du nombre de naissances au sein d’une population5. »

Comme en témoignent les données d’enquête, une telle incertitude s’avère préoccupante pour de nombreux jeunes adultes. En 2022, parmi les Canadiens et Canadiennes de 20 à 29 ans (38 %), près de 4 sur 10 estimaient ne pas avoir les moyens de mettre au monde un enfant au cours des trois années suivantes. Près du tiers d’entre eux (32 %) craignaient de ne pas avoir accès à un logement convenable pour fonder une famille au cours de cette période6.

À cela s’ajoutent d’autres craintes et inquiétudes, notamment en ce qui a trait aux changements climatiques. Des études ont montré que de nombreux adultes en âge de procréer songent aux répercussions des perturbations environnementales à l’échelle mondiale et aux risques sanitaires connexes sur une nouvelle génération d’enfants qui sera touchée de manière disproportionnée par la crise climatique7. Lorsqu’on a demandé aux Canadiens et Canadiennes des générations Y et Z, dans le cadre d’un récent sondage Léger, s’ils souhaitaient ou non avoir des enfants, plus de 1 personne sur 10 (11 %) a répondu : « Non, je ne suis pas à l’aise de mettre des enfants au monde dans un contexte de crise climatique8. »

La fluctuation des taux de fécondité n’est pas un phénomène nouveau, et le déclin actuel suit son cours depuis plus d’une décennie (sans parler de la tendance observée depuis le baby-boom). Or, les multiples records à la baisse enregistrés au cours de la dernière décennie, combinés au vieillissement continu de la population, suscitent des inquiétudes quant aux répercussions d’une telle réduction progressive de la taille des générations. En effet, alors que la taille des familles tend à diminuer, les membres des jeunes générations se voient de moins en moins nombreux pour fournir des soins et du soutien à leurs aînés. Cela favorise également une concentration des richesses et des ressources financières, celles-ci étant désormais léguées à un nombre plus restreint d’héritiers. On dénote en outre une incidence sur le marché du travail, le Canada comptant désormais de plus en plus sur l’immigration pour retrouver un équilibre entre travailleurs jeunes et moins jeunes.

Reste à voir si le taux de fécondité au Canada continuera à fléchir au cours des années à venir, ou si un rebond postpandémique se profile à l’horizon. Les nouvelles statistiques de l’état civil et données d’enquête sauront nous le dire.

Nathan Battams est spécialiste en mobilisation des connaissances à l’Institut Vanier de la famille.


Notes

  1. Statistique Canada. Indicateurs de fécondité, provinces et territoires : tableau de bord interactif. Catalogue en ligne no 71-607-X. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/71-607-x/71-607-x2022003-fra.htm
  2. Ibidem
  3. Fostik, A., et Galbraith, N. (1er décembre 2021). Changements dans les intentions d’avoir des enfants en réponse à la pandémie de COVID-19. StatCan et la COVID-19 : Des données aux connaissances, pour bâtir un Canada meilleur. Produit no 45280001 au catalogue de Statistique Canada. https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/45-28-0001/2021001/article/00041-fra.htm
  4. Organisation mondiale de la Santé. (5 mai 2023). Allocution liminaire du Directeur général de l’OMS lors du point presse sur la COVID-19 – 5 mai 2023. https://www.who.int/fr/director-general/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing—5-may-2023#:~:text=Pr%C3%A8s%20de%207%20millions%20de,vaccins%20vitaux%20pour%20les%20enfants.
  5. Fostik, A. (30 juin 2020). Incertitude et report : Les conséquences de la pandémie sur la fécondité au Canada. Institut Vanier de la famille. https://vanierinstitute.ca/fr/incertitude-et-report-les-consequences-de-la-pandemie-sur-la-fecondite-au-canada/
  6. Statistique Canada. (20 septembre 2023). Composer avec les obstacles socioéconomiques : incidence sur le bien-être des jeunes Canadiens. Le Quotidien. https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/230920/dq230920a-fra.htm
  7. Smith, D. M., Sales, J., Williams, A., et Munro, S. (2023). Pregnancy intentions of young women in Canada in the era of climate change: A qualitative auto-photography study. BMC Public Health, 23(766). https://doi.org/10.1186/s12889-023-15674-z
  8. Léger 360. (27 septembre 2023). Rapport étude Jeunesse 2023 : l’emploi, les finances et l’avenir des Gen Z et des milléniaux. https://leger360.com/fr/blogues/rapport-etude-jeunesse-2023-lemploi-les-finances-et-lavenir-des-gen-z-et-des-milleniaux/

 

Retour en haut